[Concours B&B] Gajo

La Trahison

Il y a bien longtemps, les cités ennemies de Bonta et de Brâkmar évoluaient encore en parfaite harmonie et ne se livraient pas bataille comme ils le font aujourd'hui. En effet, Bontariens et Brakmarois pouvaient encore se rendre visite dans leurs cités respectives sans déclencher d'escarmouches mortelles car il régnait à l'époque une ambiance prospère dans les deux villes. Une alliance fut même conclue entre les deux cités afin de faire face ensemble aux problèmes potentiels qu'ils pourraient rencontrer à l'avenir. Quant aux Amakniens, ils profitaient pleinement de cette union pour vagabonder librement dans les plaines et les landes proches des deux grandes villes. En effet, ils appréciaient fortement cette partie du monde car beaucoup de leurs frères de sang y avaient migrer lorsque les premières habitations firent leurs apparitions et ils ne se privaient pas d'aller leur rendre visite dès que cela était possible., Malheureusement, cette situation de paix ne persista pas car un événement tragique qui changea incontestablement la face du monde se produisit. Beaucoup de personnes tentèrent d'expliquer cet événement mais l'histoire se déforma inévitablement avec les siècles, la rendant très subjective. Cependant, un vieillard bien informé eut la présence d'esprit de noter par écrit l'ensemble du récit afin d'obtenir un résultat objectif qui traversa les âges pour nous parvenir.

Le voici :

Un jour, un jeune aventurier Amaknien décida de se rendre à la cité blanche de Bonta afin de rendre visite à un ami qui lui était très cher. Toutefois, il établit préalablement un itinéraire avant de s'y rendre, non pas qu'il doutait de la sécurité du voyage mais plutôt pour y parvenir le plus rapidement possible. Quand cela fut fait, il se mit en route et partit vers le nord pour rejoindre la chaîne montagneuse qu'il devait traverser afin d'accéder à la forêt des abraknydes. Il ne rencontra aucune embûche et arriva facilement jusqu'à l'orée de la forêt. Là-bas, il mangea quelques miches de pain avant de repartir immédiatement en direction des plaines de Cania. Il mit peu de temps pour parcourir l'ensemble de la forêt car elle n'était pas aussi maléfique qu'aujourd'hui et les êtres qui la hantaient craignaient fortement la puissance humaine qui les entourait de toute part. Arrivé dans les plaines, il se reposa quelques minutes car le chemin à parcourir était encore long et il ne souhaitait pas être fatigué au moment de saluer son ami. Lorsqu'il fut rétabli de sa marche, il se remit en route pour parcourir l'ensemble des terres qui s'étendaient devant lui afin de parvenir à la cité avant la nuit. Malheureusement pour lui, le reste de son périple tourna au cauchemar dans la mesure où il déclencha, sans le vouloir, le conflit majeur qui oppose actuellement les cités de Bonta et Brâkmar.

En effet, alors qu'il errait calmement dans les plaines de Cania, il se retrouva plongé au centre d'un problème qu'il voulait à tout prix régler. En fait, il avait gentiment aidé un vieux mineur Bontarien à saisir un petit Bwak et s'apprêtait à repartir lorsqu'une milice de Brâkmar les encercla violemment pour voler le petit animal au vieillard désabusé. A ce moment, le jeune homme hurla fortement pour appeler au secours car il ne pouvait se résoudre à abandonner le mineur. Ensuite, le chef de la milice daigna enfin leur expliquer la raison de cet acte :

" A partir de cet instant, ce Bwak nous appartient car seul les Bontariens et Brâkmarois font la loi sur cette partie du monde "

Le jeune homme voulut répliquer mais les Brâkmarois ne leur laissèrent pas le choix et attaquèrent brutalement. Les deux hommes se recroquevillèrent pensant que tout était perdu mais des guerriers Bontariens intervinrent à temps pour les sauver. Le chef Bontarien fixa alors ardemment le Brâkmarois responsable de la milice et lui dit :

" Ce vieillard gardera son Bwak car vous n'avez aucune raison de le lui reprendre. De plus, vous avez trahi l'alliance qui unissait Bonta et Brâkmar car vous avez lâchement tenté de faire la loi sur des terres qui ne vous appartenaient pas. Dès lors, tout accès à notre cité vous sera refusé à jamais pour avoir trahi notre confiance et l'union que nous avions fondé avec votre cité. D'autre part, vous avez également enfreint une règle capitale que nous avions mis sur pied en collaboration avec votre cité en attaquant deux hommes de races différentes de la vôtre. En effet, attaquer un Bontarien vous était déjà formellement interdit mais agresser un noble Amaknien qui venait en aide à un des nôtres est inacceptable et nous ne pouvons en aucun cas tolérer ce genre de pratique sur nos terres "

Cependant, les Brâkmarois ne l'entendaient pas de cette oreille et partirent violemment à l'assaut des troupes Bontariennes qui protégeaient les deux hommes et l'animal. Un combat sanglant s'engagea alors entre les deux cités autrefois alliées. Ce combat fut long et éprouvant mais il n'en sorti aucun vainqueur. Dès lors, Bontariens et Brâkmarois se retirèrent dans leur cité pour annoncer aux autorités supérieures que la guerre était à jamais lancée contre la cité opposée et ses habitants respectifs.

L'aventurier, quant à lui, raccompagna le vieux mineur dans sa maison et retourna directement chez lui car il savait que les terres s'étendant entre Bonta et Brâkmar serait bientôt le théâtre d'une guerre éternelle. Dès lors, il parcouru le chemin du retour le plus rapidement possible car il ne tenait pas à se trouver en plein milieu des plaines de Cania quand les hostilités éclateront. Il arriva relativement rapidement à la forêt des abraknydes qu'il avait traversé quelques heures plus tôt sans se douter un seul instant des événements qu'il allait provoquer par la suite. Il la traversa aussi vite qu'auparavant mais trouva tout de même la forêt plus menaçante que précédemment, comme si elle avait eu vent de la querelle qui venait de se produire entre les troupes Bontariennes et Brâkmariennes. Quoi qu'il en soit, l'ambiance oppressante, qu'il avait sentie dans la forêt s'estompa très vite lorsqu'il fut arrivé sur Amakna. Il franchit ensuite l'immense chaîne montagneuse et parcouru les quelques kilomètres qui le séparaient encore de son domaine. Arrivé devant sa maison, il ouvrit la porte, s'engouffra à l'intérieur et la referma immédiatement derrière lui en entendant les grondements sourds qui faisaient rage loin à l'ouest. Le conflit était donc bien lancé !

Aujourd'hui encore, ce conflit entre les deux cités ennemies se poursuit irrémédiablement et les hordes Bontariennes et Brâkmariennes ne cessent guère de se quereller.

Hymne de Bonta

Si le courage, tu as,
A Bonta, tu finiras
Et le bien, tu serviras.
Tes capacités, tu développeras
Et ta puissance, tu augmenteras.
Tes semblables, tu respecteras
Et dans la douleur, tu les aideras.
Les Brâkmarois, tu attaqueras
Quand sur ton territoire tu les verras.
Les Amakniens, tu protégeras
Et les démons, tu châtieras
Si le danger un jour est là.
A ton chef, tu obéiras
Quand un ordre, il te donnera
Car de ta décision en dépendra
Le sort de la cité de Bonta.
Ta cité, tu défendras,
Et l'ennemi, tu vaincras,
Ainsi l'honneur tu conserveras.
Tel est la vie d'un soldat de Bonta!

Précédent
[Concours B&B] Cdrik

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Dofus ?

2843 aiment, 503 pas.
Note moyenne : (3485 évaluations | 223 critiques)
7,9 / 10 - Très bien
Evaluation détaillée de Dofus
(2267 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

9713 joliens y jouent, 12426 y ont joué.