Gestion d'une guilde : mécanismes et valeurs

La gestion d'une guilde est un travail relativement complexe, comme peuvent en témoigner bon nombre de meneurs et bras droits. Cet article décrit ce mécanisme à travers plusieurs points essentiels :


Boussole Le fondateur et meneur de la guilde
Les règles de la guilde
Les membres et leur recrutement
L'évolution de la guilde à travers le temps


Le fondateur et meneur de la guilde.

Ou comment diriger, animer et maintenir un groupe de joueurs ensemble dans la durée.


Le premier élément relatif à une guilde est son fondateur, qui en devient le meneur, le noyau de la guilde. Il est plutôt difficile d'assumer ce rôle sur le long terme, et pour éviter que la guilde ne s'effondre il faut savoir faire preuve de patience et pouvoir faire face à des responsabilités croissantes.

Mais trêve de pessimisme, c'est en cela qu'un meneur doit avant tout avoir des épaules solides : il doit pouvoir encaisser tout ce qui passe, que ce soient les coups de gueule de certains ou les menaces d'autres. Ainsi il est préférable qu'il puisse très vite prendre au nom de ceux qu'il dirige des décisions de sanction ou de bannissement afin de pouvoir faire respecter au mieux les règles établies. Un meneur est non seulement censé fédérer des joueurs, s'attirer leur sympathie et leur confiance ; mais aussi les amener à se connaître entre eux et les laisser régler leurs soucis et leurs priorités de jeu en autonomie.

Par conséquent, un meneur doit être fort, en opposant à toute résistance une volonté sans faille et en se faisant obéir. C'est pour cela qu'un meneur efficace est un meneur mature, qui sait prendre les décisions au moment approprié. Le meneur n'est pas engagé d'une quelconque manière à être sanctionné à la place d'un membre de sa guilde mais il doit avoir en tête qu'il porte un étendard que plusieurs suivent et qui se voit de loin, il doit donc agir en conséquence. C'est en connaissance de tous ces droits et devoirs que le meneur peut jouir de son statut et revêtir son rôle d'ambassadeur et de chef avec fierté et bravoure.


Les règles de la guilde.

Ou comment établir des bases solides à l'entente cordiale et instaurer un climat d'entraide et de paix entre les joueurs.


Bien que ce système soit trop peu utilisé, l'instauration d'une liste de règles à respecter est un aspect fondamental de la bonne gestion d'une guilde. Il est en effet vital d'établir des principes propres à chaque guilde, qui contribueront à son intégration à la fois dans l'univers du jeu, mais aussi au sein de l'environnement social du serveur sur lequel elle a été créée. Explications :

Les MMO sont souvent régis par un système d'affrontement PvP. DOFUS n'échappant pas à cette règle, une guilde peut être entièrement alignée d'un côté ou d'un autre, décidant de prêter allégeance stricte à l'une des deux citées ennemies, Bonta ou Brâkmar, tout comme elle peut choisir de rester neutre, de ne préférer aucun des deux camps (le cas de l'alignement mercenaire sera volontairement écarté étant donné qu'il n'est pas disponible sur tous les serveurs de jeu). Cet aspect est important à définir dès la création de la guilde, car il influera directement sur le jeu de ses membres, en fonction des prises de pouvoir PvP, de l'emplacement des maisons et enclos de la guilde. Chaque action de la guilde aura des répercussions sur les autres joueurs et de manière générale sur le monde dans lequel ils jouent. De plus, le statut global de chaque membre vis à vis du PvP est un point à communiquer très vite aux autres membres pour éviter toute confusion ou rivalité intra-guilde à ce sujet, notamment en ce qui concerne les traques et les conquêtes de villages alignés.

Ceci étant, la règle fondamentale d'une guilde est souvent le niveau de respect et de politesse qu'affichera la guilde envers les autres joueurs. Qu'il soit pacifiste, amical ou belliqueux, tout comportement se doit d'être prédéfini suffisamment à l'avance pour éviter tout quiproquo. Si un PK (Player Killer, personnage très belliqueux qui agresse et tue les autres joueurs sans retenue) entre dans une guilde, celle-ci doit au pire le savoir, au mieux avoir recruté ce membre sur ce critère. Ce sont là les points majeurs permettant de définir l'identité de chaque guilde, l'alignement et le RolePlay, auxquels viendront se rajouter les notions d'entraide et de jeu collectif. Car à quoi bon se rassembler si on n'y trouve pas d'utilité ? C'est pour cela que les limites de l'entraide, notamment au niveau de la générosité des membres entre eux et de la gratuité de leurs services, doivent être fixées très tôt. Le partage des enclos ou des coffres de maisons de guilde font partie des choses à définir assez rapidement. Le jeu collectif relève quant à lui de l'entraide sur des périodes beaucoup plus longues, consistant par exemple à s'engager ensemble dans une partie de jeu pouvant parfois durer jusqu'à plusieurs heures d'affilée, loin des quelques secondes nécessaires à un échange de ressources ou de kamas. L'entraide étant vitale dans Dofus, car sujette au fameux débat "multicompte ou monocompte ?", les gens se retrouvent seuls d'un côté avec leur équipe de personnages, ou d'un autre côté avec leur unique personnage et peu ou prou d'alliés pour les aider à progresser. Par conséquent, il faut bien s'entourer et c'est très souvent les guildes formées à partir d'un noyau d'amis qui perdurent, les autres étant dévorées de l'intérieur par des joueurs multicompte totalement désintéressés de leurs collègues de guilde et rebutés par la simple notion de "coup de main".


Les membres et leur recrutement.

Ou comment sélectionner ses futurs compagnons de jeu à travers des filtres inévitablement contraignants.


Parlons à présent des membres d'une guilde, car autour du squelette que sont les règles et du c½ur que représente le meneur, vient se greffer tout le reste, à savoir les membres de la guilde. Ceux-ci sont généralement recrutés via différents critères : allure générale, maturité et/ou âge IRL, humour, présence et expérience de jeu, niveau de puissance, richesse, métiers, niveau de RolePlay, orthographe. La meilleure manière de recruter un membre est de le soumettre à un entretien, voire de le présenter petit à petit à tous les membres afin qu'ils évaluent son aptitude à s'intégrer parmi eux. Il existe cependant une autre possibilité, la candidature par forum, soumise à un vote et débouchant sur une période de mise à l'essai au bout de laquelle un second vote confirme ou non l'intégration du candidat dans la guilde. Concernant la mise à l'essai, celle-ci octroie l'opportunité de compléter sa candidature par une expérience de jeu directement au contact des membres de la guilde et un échange plus franc entre cette dernière et le nouveau venu. Il est donc essentiel de se faire connaître au maximum de tous pendant cette période. Participer à des sorties, proposer son aide, discuter de sa vie IG et accessoirement de sa vie IRL, tout ceci devrait être automatique pour un candidat désireux de faciliter son intégration. Cependant, une mise à l'essai n'est pas un acquis. Il n'est généralement pas bien vu de ne rien dire, de ne rien faire, et pire que tout : de profiter de la nouvelle guilde par exemple en demandant aux membres une importante aide de refonte d'équipement ou toute autre activité qui demande du temps et de l'investissement. Un nouveau ne connait pas les membres, et les membres ne le connaissent pas, sauf rares exceptions. De ce fait, si un nouveau mis à l'essai se comporte d'emblée comme un membre qui a acquis et donc par logique mérité son rang, il y a un problème. Chacun est égal, certes, mais lorsqu'on rejoint une guilde on doit pouvoir mettre de côté ses ambitions personnelles, du moins pour une courte période. Un membre qui abuse et ne reste pas humblement à sa place pendant sa période d'essai renvoie généralement une mauvaise impression et peut être vu comme un profiteur.

Au delà de ça, lorsqu'un joueur est membre d'une guilde, il se doit de respecter ses codes et de s'impliquer dans l'histoire que celle-ci écrit. En effet les meilleures et les plus honorables guildes ont une histoire et écrivent celle de leur serveur de jeu, voire entrent dans la légende du jeu grâce à la réputation qui les précède. Il est donc recommandé de se plier aux règles et à l'univers de chaque guilde. Ainsi une guilde guerrière se devra de livrer bataille et de laver les affronts de ses défaites ; une guilde d'artisans réclamera une certaine maîtrise des métiers chez chacun de ses membres ; et une guilde RP n'admettra pas dans ses rangs un membre ne sachant pas orthographier correctement ses paroles. C'est donc chaque membre qui doit s'impliquer dans sa guilde, la considérant à la fois comme une famille, un clan, et comme un groupe d'amis.


L'évolution de la guilde à travers le temps.

Ou comment faire durer la pérennité de la guilde et contrôler sa croissance à travers le temps.


Une fois tout cela acquis, que faire de plus ? Souder les membres par une véritable communication via un forum, outil vital de gestion de guilde par messages interposés et support essentiel de communication pour le recrutement et les demandes diverses. La création d'un site internet peut aussi être envisagée mais c'est une chose bien plus complexe à administrer, ce que peu de personnes parviennent à faire sur le long terme. Au niveau de la communication, on peut aussi penser aux logiciels Skype ou Teamspeak permettant d'ajouter aux mots des voix, et ainsi de pouvoir être concentré sur le jeu tout en discutant sans perdre de temps dans le canal de discussion du jeu. Cependant, cette expérience est à double tranchant, car les amitiés et inimitiés se créent très vite via ce mode de communication, celui-ci ayant tendance à trop rapprocher les membres IG et IRL. Certains peuvent avoir du mal à dissocier vie réelle de personnage virtuel, et un amalgame peut se révéler dévastateur.

Il est également conseillé de développer une véritable communauté dans la communauté, en faisant en sorte que chacun soit indispensable à l'ensemble des membres de sa guilde, et que chaque talent se complète d'un membre à l'autre. Créer une homogénéité au niveau du RP commun, en élaborant une histoire collective à tous, et ainsi s'intégrer au mieux dans la longévité et la prospérité du serveur de jeu. La motivation générale des membres doit être commune et établie par chacun. Que ce soit dans les délires d'un groupe de joueurs, dans la confiance ou même au niveau de l'entraide, lorsqu'un membre a besoin de l'aide des autres, chacun doit apporter du sien de façon volontaire pour le bien commun. Ainsi à travers des events (événements festifs et organisés), une guilde peut trouver un peu de plaisir nouveau et faire profiter le reste du serveur de son enthousiasme. Ce qui peut aboutir sur des alliances entre guildes, très bon moyen d'entretenir l'entraide et la sympathie commune. Car plus on est de fous, plus on rit !



Note du rédacteur : Cet article et son contenu découlent de mon expérience de jeu et de mon point de vue quant à la gestion d'une guilde. D'autres méthodes sont évidemment possibles pour gérer une guilde, et pour tout débat, je vous invite à répondre à la discussion liée à cet article.

Précédent
Analyse des tendances de la répartition des classes

Réactions (17)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Dofus ?

2843 aiment, 503 pas.
Note moyenne : (3485 évaluations | 223 critiques)
7,9 / 10 - Très bien
Evaluation détaillée de Dofus
(2267 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

9713 joliens y jouent, 12426 y ont joué.