[Concours B&B] M0rt@l

Un conflit malheureux

Il y a fort longtemps dans les plaines de Cania, Oto Mustam simple disciple et Amayiro Maitre de la milice de Bonta vivaient et chassaient ensembles. Ils étaient très liés et se confiaient preque tout leur secret comme celui-ci (chut c'est un secret ne le répété à personnes...) :

-Oto Mustam : Amayiro, j'ai quelque chose d'important à te dire...je suis...*pshitt pshitt*
-Amayiro : Oh ! Non pas sa !

Enfin bon ce n'est pas la source primaire de notre histoire... Donc je le disais au départ, Oto Mustam et Amayiro étaient très proches (même trop proches)

-Oto Mustam : Heuu tu est entrain de me faire mal avec ton épée là...

Les deux gaillards (même si Amayiro était âgé de 45 kamannées et qu'Oto Mustam de 26) s'entendaient fort bien...Mais un jour quelque chose d'anormal arriva. Un jour de chasse aux Maitres Bolets comme les autres dans les champs de Cania avait prit une tournure dramatique à la fin d'un combat acharné :

-Amayiro : je l'ai trouvé en premier !!
-Oto Mustam : Non c'est moi qui est tué le Maitre Bolet !!
-Amayiro : en plus il est parfait...
-Oto Mustam : justement je suis chanceux dans la vie moi !
(il montra son houde à Amayiro) -Amayiro : C'est mon champo, je le garde !
-Oto Mustam : très bien garde-le ! Mais je part d'ici, tu ne me trouveras plus jamais dans ces plaines ! Je me retire de cet endroit ! Adieu !(en partant Oto Mustam se prît le pied dans un sceau d'eau et trébucha, mais sa n'a rien d'important...).

Amayiro regarda son ami, qui disparaissait petit à petit dans les Landes de Sidimotes... Il regarda le champo et Oto, le champo, Oto, le champo... Amayiro repartit donc chez lui, en regardant le magnifique objet qu'il avait dans ses mains, il en oubliait même son compagnon qui venait de le quitté à l'instant... (en retournant chez lui, Amayiro se prit le sceau d'eau dans la jambe et... à oui c'est vrai c'est pas important sa).

Oto Mustam, en se promenant dans les Landes, n'était pas rassuré, il vit des scorbutes, des croc glands, des créatures qu'il n'avait jamais vu dans les plaines ensoleillées... En effet, tout étaient sombres ici, des amaknéens pendus aux arbres, des mineurs sombres ainsi que des forgerons sombres jouaient à "cache la pépite d'or que je l'écrase" (je vous expliquerez les règles plus tard).

Oto Mustam apperçut au loin un chafer pas comme les autres, il était entrain d'admirer un superbe chapeaux fait en osiers enchantés (en temps normal, un chafer banal aurait mangé le chapeau en pensant que c'était un panier d'osier remplis de fruits rouges...) Oto Mustam s'approcha de lui :

-Oto Mustam : c'est un très beau chapeau que voila
-Le chafer : *clikilik clikilik*
-Oto Mustam : oui je sais se que c'est !
-Le chafer : *clikilik clikilik*
-Oto Mustam : je me nomme Oto Mustam et toi ?
-Le chafer : *clikilik clikilik*
-Oto Mustam : très bien Mak...
-Le chafer : *clikilik clikilik*
-Oto Mustam : pardon... je voulais dire Mak Gahan

Oto Mustam en regardant le chapeau eu une idée diabolique, et lança un rire démoniaque :

-Oto Mustam : MoUAHha*tousse*HhAh... *tousse* koff ! koff *tousse* arghh ! (Oui Oto n'a jamais était habitué à rire démoniaquement...)

-Oto Mustam : Mak j'ai un march...
-Mak Gahan : *clikilik clikilik*
-Oto Mustam : pardon...Mak Gahan j'ai un marché à te proposé, tu me donne se chapeau , je le revend et me fait alors construire une superbe ville démoniaque et dans cette ville j'entrainerais des soldats démoniaquement demoniaques avec des armures démoniaques et des armes démoniaques MoUaHhH et je pourrait alors me vengé de se maudit Amayiro... (le mot démoniaque est répété plusieurs fois pour marqué l'éxitation d'Oto).
-Mak Gahan : *clikilik clikilik*
-Oto Mustam : oui en retour je ferrais de toi un guerrier aguérit et surpuissant !
-Mak Gahan : *clikilik clikilik*

Oto ne prit pas beaucoup de temps pour vendre le chapeaux magique, il en tira plus de 2.000.000 de kamas !

Avec l'aide de la banque et de son assurance (MB, Mutuel Brâkmanéen) il eu de l'argent en plus...

Pendant se temps, Amayiro ne se doutant de rien continua à chasser le Maitre Bolet dans l'espoir de retrouvé un champo neuf (avec de mauvais pouvoir, sinon il le garde...) pour le donner à Oto qui lui manqué :

-Amayiro : zut ! Encore un couper en deux, il faudrait que je surveille mon coup d'épée...

Un garde de la frontière des Landes de Sidimotes et des plaines de Cania arriva en courant vers Amayiro (le garde se prit un sceau d'eau qui trainait par là, pas de chance...).

-Le garde : Maitre Amayiro ! Votre ancien compagnon, Oto Mustam est entrain de construire une ville, et j'ai bien peur qu'elle soit démoncratique (politique d'amakna, voulant dire que le vandalisme, les meutres et les agressions sont authorisées... La cité de Bonta d'Amayiro est angocratique...).
-Amayiro : hummm je suis certain qu'il veut reprendre son champo, il organise une armée ?
-Le garde : oui Maitre Amayiro
-Amayiro : alors si il veut la guerre, il l'aura... Prévénez tout les soldats de bonta ! Jeunes, hommes femmes et....
-Le garde : heu Maitre Amayiro, nous n'avons pas de femmes guerrières dans Bonta... Elles sont toutes aux foyers entrains de laver nos vêtement, faire le ménage avec leur nouveaux balaikmas ! J'en ai acheté un hier Maitre Amayiro, je ne vous dit pas le prix insuportable... 250kamas ! Pour un simple balaikma nouvelle version !
-Amayiro : JE M'EN CONTRE-FICHE ! AVERTISSEZ TOUT LE MONDE ! Nous sommes rentrés en conflit !
-Le garde : oui Maitre Amayiro, j'y court !
-Amayiro : et attention au scea.... humm trop tard...

Les troupes d'Oto Mustam arrivaient devant les fortifications, Amayiro entendit une chanson que les soldats brâkmanéens chantaient, sa donné à peut prêt sa :

Aux armessssss brâkmanéens !
Marchons, marchons et abattont nos enemies !
Nous ne somme pas des chiens !
On à pas peur de se battre contre lui !
Amayiro tu à trahis !
Notre chef bien aimé tu l'as méprisé !
Il est avec nous et tu vas connaitre son couroux !
BONTA ! BONTA ! Garre à toi !
BONTA ! BONTA ! on est là !
la vengance est un plat qui se mange froid !
Notre sang est brulant est prêt à être vidé par des combats face a vous !
Vous soldats bontariens !Vous allez trembler face à nous !
Nous soldats de l'horreur et de la peur !
Bonta va brûler, Bonta va saigner ! (oui c'est violent mais c'est comme sa, je mettrais une balise "déconseillé aux âmes sensibles"... )
BONTA ! BONTA ! Garre à toi !
BONTA ! BONTA ! on est là !
Des flêches, des épées et des lames acérées !
Vous allez gouter si vous n'avez jammais essayez !
* SOLO DE HARPE * -un garde : hum tu croit que la harpe est un instrument qui fait peur ?
-le joueur de harpe : j'aime la vie, la poésie et la harpe et je trouve que la guerr.... Arghhhhh !!!!
Nous abatons les notres nous serons sans pitiés !
Laches et peureux dégagés !
BONTA ! BONTA ! Garre à toi !
BONTA ! BONTA ! on est là !

-Oto Mustam : SILENCE !
-Oto Mustam : Amayiro je suis de retour ! Je viens aujourd'hui te prévenir... la guerre est déclaré et nul ne pourra l'empêchée ! Prépare ton armée et attent toi à une ataque sanglante, sans pitiés ! A bientot, cher bont à rien...

CONCLUSION : c'est ainsi que les deux villes rentra en conflit, j'éspère vous avoir bien raconté la cause de cette bataille qui oppose donc Bonta et Brâkmar (pour info, le nom de Brâkmar fut inventé par Oto Mustam un matin quand il se reveilla... on ne sais donc pas trop pourquoi...). Je me retire donc ! J'éspère avoir fait un bon texte donc bonne lecture et à bientôt !!

-Moi : Ouchhhhh !! Saleté de sceau de......

Hymne de Brâkmar

Aux armessssss brakmanéens !
Marchons, marchons et abattont nos enemies !
Nous ne somme pas des chiens !
On à pas peur de se battre contre lui !
Amayiro tu à trahis !
Notre chef bien aimé tu l'as méprisé !
Il est avec nous et tu vas connaitre son couroux !
BONTA ! BONTA ! Garre à toi !
BONTA ! BONTA ! on est là !
la vengance est un plat qui se mange froid !
Notre sang est brulant est prêt à être vidé par des combats face a vous !
Vous soldats bontariens !Vous allez trembler face à nous !
Nous soldats de l'horreur et de la peur !
Bonta va brûler, Bonta va saigner ! (oui c'est violent mais c'est comme sa, je mettrais une balise "déconseillé aux âmes sensibles"...)
BONTA ! BONTA ! Garre à toi !
BONTA ! BONTA ! on est là !
Des flêches, des épées et des lames acérées !
Vous allez gouter si vous n'avez jammais essayez !
Nous abatons les notres nous serons sans pitiés !
Laches et peureux dégagés !
BONTA ! BONTA ! Garre à toi !
BONTA ! BONTA ! on est là !
Précédent
[Concours B&B] Glimn

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Dofus ?

2843 aiment, 503 pas.
Note moyenne : (3485 évaluations | 223 critiques)
7,9 / 10 - Très bien
Evaluation détaillée de Dofus
(2267 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

9713 joliens y jouent, 12426 y ont joué.