[Concours B&B] Cdrik

Bonta et Brakmar : L'Edelweiss Noire, là où tout a commencé

A la mémoire de Ganondorf.

Automne 635.
La nuit a pris place depuis plusieurs heures déjà dans les plaines et personne ne sait ce qui les attend demain. Soudain une corne se fait entendre, le bruit inonde les plaines et se propage en direction des villes de Bonta et Brakmar... Que cela signifiait-il ? Personne ne le savait réellement mais plus personne n'espérait quoi que ce soit. La foudre frappa soudain illuminant les environs et faisant apparaître un paysage de terreur. Il fallait attendre... il n'y avait d'autre à faire...

Loin de là, la lumière issue de la foudre se forgeait un chemin à travers une petite maison dans un terrible fracas. Elgern se réveilla en sursaut et ne pu s'empêcher de pleurer après la peur qu'il venait de ressentir. Elgern était un jeune eniripsa dont ses parents avaient été tués par des brakmariens lors d'une soirée qui avait mal tournée. Depuis ce jour il vît chez ses grands-parents enutrof à Bonta dans l'espoir de voir arriver bientôt des jours meilleurs. Sous les cris du jeune eniripsa, son grand-père, qui répondait au nom de Arglyn, débarqua dans la pièce où il trouva le petit recroquevillé assis sur son petit lit. Elgern regarda son grand-père et lui dis, les larmes au yeux et d'une voix tremblotante :

" Grand papa, dis moi que ce n'est pas vrai, que cela va cesser... quand serons nous tranquille ? Quand vivrons nous enfin en paix ?... "

A ces mots, le grand-père s'approcha d'Elgern et le blottit contre lui afin de le rassurer et de le consoler :

" tu sais fiston, il y a des choses dans la vie que l'on ne peu contrôler. Beaucoup de choses nous font du mal mais le temps passe et nous fait oublier... rien n'est éternel pourtant certaines choses restent gravés à vie "

Elgern écoutait son grand-père attentivement et un silence impénétrable s'installa. Elgern se retira alors légèrement et s'assis pour mieux voir son grand-père et il brisa le silence :

" Grand-père... tu sais comment tout ceci a commencé ? Pourquoi il a fallu qu'ils tuent mes parents et pourquoi tant de haine entre nos deux peuples ? "

.

Arglyn eu des frissons qui lui traversa tout le corps. Devait-il lui raconter ? Après tout la vérité doit être transmise... Il se rappela ce que l'oncle sram lui avait confié il décida de tout transmettre à son petit fils désormais.

" Tu veux savoir ? Alors écoute attentivement ce que je vais te raconter, voilà comment cela s'est passé... ".

" Nous sommes bien avant l'an 0. Rien n'existait alors sur cette terre de ce que nous connaissons aujourd'hui. Amakna et ses environs était peuplé uniquement par de grands dragons qui réglaient le bien et le mal. La vie pour le peuple existant alors était une vie paisible et de bonheur du moment que personne n'allait titiller les dragons de trop près. Puis les dragons disparurent peu à peu et la vie telle que nous la connaissons aujourd'hui fit son apparition. N'ayant plus la puissance dragonesque pour réguler le bien et le mal tout commença à ne plus aller. Les jours et les nuits ne se suivaient plus, les récoltes pourrissaient, les arbres mourraient à Amakna. Deux personnes assez respectées décidèrent de partir en dehors des terres avec leurs acolytes mais prirent des directions opposées. Le premier fût à l'origine de la création de ce qu'on appela plus tard Bonta, le second créa peu de temps après les bases de Brakmar. Différents corps de métier se développèrent au sein de ces camps et le commerce fluctuait pour survivre. Mais les deux camps avaient rayé de leur esprit la misère qui régnait à Amakna où les rumeurs courraient mais personnes n'osaient partir à la recherche d'information. Mais un jour... à la frontière qui sépare les plaines de Cania des Landes de Sidimotes, les deux camps se rencontrèrent. C'était alors une paysanne de Bonta et un mineur de Brakmar qui s'était éloigné un peu de leur camp. Elle s'appelait Claudine, il s'appelait Pierrot. Les deux jeunes gens furent surpris et ne s'attendaient pas à rencontrer quelqu'un de si étrange comparé à lui. Ils parlèrent un peu et décidèrent de se revoir en se mettant d'accord de le dire à personne. Leur histoire continua comme cela plusieurs semaine et leur histoire prenait de grandes allures romantiques... jusqu'à ce qu'un événement les sépare à jamais : ce jour là, la jeune Claudine arriva un peu avant Pierrot et se mit a cueillir quelques edelweiss en l'attendant. Pierrot arriva et se jeta sur elle brutalement en l'enguirlandant pour sa cueillette. Il lui reprocha violemment la cueillette de ces fleurs qu'il avait l'habitude de cueillir pour la décoration de sa propre maison. Ils retournèrent tout deux dans leur ville respective et raconta leur histoire à leur chef respectif. Tout fût décidé en un éclair : l'heure de la guerre avait sonné... alors que des gens mourraient de faim derrière les murs de ce qui restait d'amakna, les deux clans sans même se connaître se mit à se battre. Au début rien de bien méchant mais tout prenait de l'ampleur petit à petit. Un jour avait était décidé d'un commun accord pour cette bataille et toutes les troupes seraient lancées. Si ce combat avait eu lieu, cela aurait était non seulement la fin de Bonta et Brakmar mais aussi celle d'Amakna... "

Elgern interrompit son grand père :

" Mais Amakna existe encore Grand-père. Tu es sûr de ne pas raconter n'importe quoi ? "

" Bien laisse moi finir petit chenapan, tu comprendra alors ce qu'il s'est passé... je reprend donc... où en étais-je ?... ah oui :
Un homme du nom de Ganondorf, qui résidait à Bonta, sentait en lui monter une puissance qu'il n'avait jamais ressentit auparavant. Là où les autres voyaient bataille et guerre, lui voyait puissance et renouveau. Dans la découverte de Brakmar il ne voyait pas une menace mais tout au contraire une puissance aussi grande que sa ville et il savait qu'en s'alliant à eux ils pourraient ensemble redresser la situation d'Amakna. La veille de la grande bataille, en bon sram, il posa des pièges à la frontière des deux pays et le jour J il s'interposa entre les deux armées. Tout le monde se figea. Personne ne savait qui il était alors. Etait ce un bontarien ? un brakmarien ? Il ne portait aucune des deux couleurs ou emblèmes. Il profita de se moment de surprise pour capter l'attention. Il venait de prouver que rien ne distinguait nos deux peuples, on était les mêmes et que notre puissance réunie pourrait faire de grandes chose. Au fur et à mesure qu'il parlait, le ciel se dégageait et le soleil perçait à travers les nuages si gris auparavant... une lueur d'espoir venait de naître dans beaucoup d'âmes qui rejoignaient ses idées peu à peu. A la fin de la journée, il n'était plus question de bataille, tout le monde travaillait à la reconstruction d'Amakna. La paix régnait entre les mondes. Ganondorf était un héro aux yeux de tous. Il a par ailleurs fait en sorte que chaque ville se mettent d'accord sur la protection d'amakna : les deux villes jurèrent de veiller à ce qu'il n'y ait pas d'attaque d'amaknien. Mais Ganondorf savait... il le savait... il savait que le temps ferait tout oublier et qu'un jour tout recommencerait... car tout ce qui a un début a une fin et la paix qu'il avait instauré aussi. Il monta alors une armée avec plusieurs gardes afin de protéger Amakna le jour où les Brakmariens, car ils étaient clairement les plus menaçants, attaqueraient de nouveau et le jour où les Bontariens auront oublié qu'ils se doivent de protéger les amakniens. Ganondorf est un héro que tout le monde a oublié mais c'est lui qui a sauvé non seulement Amakna mais aussi toutes les personnes de ce monde. Sans lui nous n'existerions pas.
Et tu vois, peu à peu, les anciennes querelles qui avaient commencées à cause d'un edelweiss se sont ravivées.
Probablement car aucun vainqueur n'avait été déclaré à l'époque mais cela est juste mon avis personnel. Les gens ont repris leurs vieilles habitudes et ont commencé à oublier l'origine de leur ville. Les agressions commencèrent dans chacun des clans et cela fut le nouveau début de la fin... Les Brakmariens et Bontariens ne possédaient pas la puissance nécessaire à détruire Amakna grâce à la défense instaurée par Ganondorf, mais ils en revanche ils se vengèrent sur les pauvres amakniens en les agressant dès que ceux-ci s'éloignaient trop loin de leur village... Puis la guerre a officiellement été reprise et demain a été choisi pour le jour de la grande bataille... il ne reste plus que nous dans la ville... l'histoire se répète à nouveau. Voilà tu sais tout mon petit. "

Après un moment de réflexion, Elgern demanda :

" Tu veux dire que tout ça était à cause d'un edelweiss ? Et puis les gens dehors qui se battent, ils savent que la cause de leur querelle est une simple plante ? Pourquoi ils ne respectent pas leurs engagements envers les pauvres amakniens ? Pourquoi ..."

Le vieux Arglyn l'interrompit :

" Des choses nous échappent, on ne peut avoir réponse à tout... Quant à la cause minime, comme tu l'appelles, elle montre seulement qu'il ne faut pas sous estimé la puissance d'un edelweiss... Allez il se fait tard, tu ne devrais pas te faire tant de soucis, on en reparlera une autre fois mon enfant "

Elgern se coucha alors dans son lit, les yeux tournés vers la fenêtre. Un son de corne se fit entendre au loin. Arglyn se dirigea vers la porte, éteignit la lumière et s'apprêta à fermer la porte lorsqu'il entendit Elgern dire :

" Et si... et si c'était moi qui devait agir maintenant... ".

Arglyn ferma la porte feignant de n'avoir rien entendu et alla se coucher avec de terribles pensées qui le torturaient en lui : Y aura-t-il un lendemain pour lui et sa famille ?

Hymne de Bonta

Amis Bontariens !
L'heure du renouveau a sonné
Il est temps de se lever
Et de faire à nouveau quelque chose de bien.

Le temps passe tel un sablier
Et tout ce que nous construisons
Jusqu'au-delà de nos propres maisons
Se retrouve par le temps balayé.

Ne restons pas sans rien faire
Suivons le chemin de nos grands-pères
Afin de bâtir une nouvelle ère
Et que purifié soit la lumière.

Déployons tous nos ailes
Tout en visant notre but ultime
Qui nous rallie par cet Hymne
Joignons-nous tous dans ce moment solennel.

Amis Bontariens !
L'heure du renouveau a sonné
Il est temps de se lever
Et de faire à nouveau quelque chose de bien.

Précédent
[Concours B&B] Valsharen

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Dofus ?

2843 aiment, 503 pas.
Note moyenne : (3485 évaluations | 223 critiques)
7,9 / 10 - Très bien
Evaluation détaillée de Dofus
(2267 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

9713 joliens y jouent, 12426 y ont joué.